Murdered Soul Suspect : un jeu au potentiel inexploité

Bonjour à toutes et à tous !

Après presque un mois d’activité, il est temps pour moi de consacrer un premier article à l’un des domaines qui occupera certainement une grande place sur mon blog : les jeux vidéo. Pour cela, j’ai choisi de vous parler de l’un des derniers jeux que j’ai eu l’occasion de faire : Murdered Soul Suspect. Développé par Airtight Games et édité par Square Enix, il avait attiré mon attention avant même sa sortie en juin 2014 grâce à son scénario qui promettait un gameplay relativement original. N’ayant pas eu l’occasion de le faire depuis, j’ai profité de l’offre Playstation Store du mois de mai pour me le procurer pour la modique somme de 4.99€.

 

Il s’agit d’un jeu d’aventure dans lequel on incarne Ronan O’Connor, un détective exerçant à Salem, avec qui on doit résoudre une affaire pour le moins spéciale : celle de son propre meurtre. Pour cause, dès le début du jeu, il est assassiné par le mystérieux individu qu’il était en train de traquer dans le cadre de son enquête, celui qui est déjà à l’origine de plusieurs crimes. Cependant, O’Connor demeure dans le monde après sa mort sous la forme d’un fantôme et apprend par sa femme décédée qu’il va devoir terminer ce qu’il a commencé s’il souhaite passer de l’autre côté.

Avec un tel scénario, on espère ainsi légitimement avoir affaire à une aventure placée sous le signe de l’originalité et de la nouveauté. Malheureusement, le résultat n’est pas vraiment au rendez-vous.

 

RONAN O’CONNOR, LE SHERLOCK HOLMES DE SALEM…

Alors qu’on s’attend à ce que le gameplay tire pleinement partie de la condition particulière du héros pour nous faire découvrir le format policier sous un nouveau jour, on déchante rapidement en remarquant qu’il est finalement réduit à son strict minimum et qu’il se contente de surfer sur les bases d’un jeu d’enquête tout ce qu’il y a de plus commun. En effet, dans l’ensemble, le jeu est disposé d’une manière extrêmement linéaire : on se rend dans une zone, on examine les lieux à la recherche de différents indices, on détermine la destination suivante, on s’y rend, et on recommence. En voyant cela, impossible de ne pas faire le rapprochement avec la licence Sherlock Holmes qui repose sur le même principe. Cette dernière apparaît même clairement comme une véritable source d’inspiration dans le sens où l’exploration s’organise de la même manière : après avoir récolté le maximum d’indices dans une zone plus ou moins ouverte, on doit passer par un système de déduction afin de repérer ceux pouvant permettre de déterminer la prochaine destination. Pour cela, on dispose d’un nombre illimité de tentatives puisqu’on doit absolument trouver la bonne combinaison si on veut continuer : le déroulement de l’histoire étant prédéterminé, aucune erreur de déduction n’est possible. Cependant, la difficulté est telle que cela ne demandera jamais le moindre effort de réflexion, le travail étant bien souvent mâché ou tout simplement logique.

 

…AUX SPÉCIFICITÉS SPECTRALES INEXPLOITÉES

Mais O’Connor étant un fantôme, il faudra parfois recourir à certains de ses pouvoirs pour récolter quelques indices. Ainsi, on aura notamment la possibilité de prendre possession d’un individu afin d’observer à travers ses yeux, d’entendre ses pensées ou encore de manipuler ces dernières pour le pousser à déplacer des objets à notre place. Malheureusement, cela reste un élément mineur du gameplay tout au long du jeu, de même que l’utilisation de ses autres pouvoirs tels que la téléportation (sur de courtes distances) ou sa capacité à faire apparaître et disparaître certains objets. En effet, ces derniers ne serviront guère qu’à débloquer le chemin, souvent pour atteindre des zones jusqu’alors inaccessibles dans lesquelles se trouvent de simples collectibles. Dans d’autres cas, ils trouveront une certaine utilité lors des ponctuelles séquences d’infiltration au cours desquelles on devra échapper à des démons cherchant à dévorer les âmes errantes en se cachant dans des résidus d’âme. Cependant, ces phases, initialement prévues pour casser la linéarité du jeu, se révèlent être un véritable fiasco tant elles finissent par devenir ennuyantes par leur répétitivité et leur inutilité. Là encore, elles ne permettent même pas d’apporter une once de difficulté dans le sens où elles peuvent être évitées en moins d’une minute, sauf si on cherche à se débarrasser des démons, ce qui passe alors par un système de QTE tout ce qu’il y a de moins intuitif.

 

UN ASPECT TECHNIQUE RÉELLEMENT FANTOMATIQUE

Si Murdered Soul Suspect semble s’être inspiré de Sherlock Holmes dans son gameplay, cela semble également être le cas d’un point de vue technique, ce qui n’est pas vraiment une bonne chose. En effet, il est difficile de ne pas souligner à quel point il est à la ramasse et indigne d’un jeu sorti en 2014, autant sur les consoles next-generation que sur Playstation 3 et Xbox 360. Doté de couleurs extrêmement ternes, de textures baveuses, d’une synchronisation labiale ratée ou encore d’effets et de jeux de lumière peu convaincants, il échoue à nous offrir l’univers visuel (et même sonore) auquel on aurait pu s’attendre. Même la ville de Salem, pourtant librement explorable, ne parvient pas à tirer son épingle du jeu tant elle manque de charme. Non seulement la quasi-totalité des bâtiments qui la composent sont inaccessibles malgré notre statut de fantôme, ce qui sera heureusement rapidement justifié par le scénario, mais en plus elle souffre de ses rues désespérément vides dans lesquelles se trouve une petite flopée de PNJ se contentant de répéter et de faire, en boucle, les mêmes actions ou les mêmes trajets. Rien, donc, qui pourra donner l’envie au joueur de s’y aventurer longuement, si ce n’est pour celui qui cherchera à se procurer la totalité des collectibles. Si on voulait relativiser, on pourrait considérer que cela contribue à créer une atmosphère fantomatique et pesante plutôt réussie. Cependant, on ne peut s’empêcher de regretter qu’une fois de plus, le titre n’ait pas davantage exploité la condition particulière d’O’Connor pour nous offrir un univers beaucoup plus travaillé et original.

 

UN SCÉNARIO PLUTÔT CONVENU

De la même manière, on regrettera que le scénario n’ait pas osé prendre plus de risques et qu’il se contente, comme le gameplay, de suivre les sentiers battus. En effet, il souffre d’une écriture bien souvent paresseuse qui ne laisse aucune place à l’originalité ou à la surprise, même si la révélation finale peut réussir à en surprendre certains. Il en est de même pour les personnages, en particulier O’Connor, qui se retrouvent totalement dénués de charisme faute à une écriture mièvre et bourrée de clichés, et ce malgré la présence de nombreux collectibles ayant pour but d’enrichir leur histoire personnelle. Si on ajoute à cela un doublage français plutôt raté et sans conviction, on se retrouve donc avec une immersion relativement entachée par un certain nombre de lacunes. Parmi les collectibles, seuls ceux servant à étoffer l’histoire de Salem et de l’enquête parviendront à trouver un minimum d’intérêt, à l’exception des quelques quêtes annexes présentes en ville dont l’intérêt est plus que discutable malgré un concept pas forcément inintéressant à la base. Cependant, autant le dire clairement, cela n’empêche pas au scénario de faire son boulot : du long de ses quatre ou cinq heures (un peu plus si vous cherchez les collectibles), il parvient suffisamment à captiver le joueur pour le pousser à aller au bout de son aventure afin de découvrir le fin mot de l’histoire.

 

Murdered Soul Suspect est donc à inscrire dans la trop longue liste des jeux dont l’immense potentiel de départ est complètement ruiné par une réalisation plus que douteuse et une écriture peu convaincante. Avec un budget plus conséquent et davantage d’idées de gameplay tirant partie de la forme spectrale d’O’Connor, il ne fait nul doute que le jeu aurait pu tirer son épingle du jeu comme il se doit. Malgré tout, il reste intéressant à faire ne serait-ce qu’une fois pour les aficionados de jeux d’enquête ou pour ceux qui cherchent à faire un petit jeu sans prise de tête, à condition cela dit de privilégier un petit prix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s