Horizon Zero Dawn : The Frozen Wilds, une épopée délicieusement glaciale

Bonjour à toutes et à tous !

Il y a maintenant deux semaines, je consacrais le deuxième numéro de ma chronique « Parlons-en » à Horizon Zero Dawn, le jeu de Guerrilla Games que je considère définitivement comme le GOTY 2017. Le même jour sortait The Frozen Wilds, premier et dernier DLC prévu par le studio néerlandais pour le jeu. Après avoir assidument replongé dans cet univers futuriste post-apocalyptique aux côtés de la très chère Aloy, il est temps pour moi de vous faire part de mon avis sur cette expérience additionnelle. Était-elle vraiment nécessaire ? Réponse tout de suite.

/!\ Avant d’entrer dans le vif du sujet, une petite précision sur le fonctionnement du DLC s’impose. Il faut savoir qu’il n’est pas séparé du jeu d’origine et que les événements contés se déroulent en parallèle de l’aventure principale. Ainsi, les quêtes à réaliser sont considérées comme des quêtes annexes pour lesquelles le niveau 30 minimum est vivement recommandé. Pour lancer l’aventure, le joueur doit au préalable charger sa partie et se rendre à la nouvelle zone ajoutée à l’extrême nord-est de la map (notre équipement reste donc tel qu’on l’avait laissé lors de notre dernière session).

 

LES BANUKS SONT DANS LA PLAIE

 

The Frozen Wilds nous plonge au cœur d’une nouvelle zone appartenant à la tribu des Banuks, que l’on a déjà rencontrée au cours de l’aventure principale mais qui prend ici une importance capitale. En effet, Aloy apprend que le territoire sur lequel ils vivent, appelé La Plaie, est en proie à une vague de violence poussant un certain nombre d’entre eux à s’échapper pour rejoindre Méridian afin de se mettre en sécurité. Il n’en faut pas plus à notre aventurière pour qu’elle décide de se rendre sur les lieux dans le but de leur venir en aide. Arrivée sur place, des membres de la tribu lui révèlent qu’une mystérieuse entité appelée Daemon a corrompu les machines présentes sur le territoire, les rendant alors plus dangereuses qu’elles ne l’étaient déjà. Lors d’une expédition menée par les Banuks pour faire la lumière sur cette histoire, un grand nombre d’entre eux ont perdu la vie ce qui a eu pour conséquence de les diviser : tandis que certains souhaitent retenter l’expérience, d’autres refusent de continuer à se mettre en danger. C’est ainsi qu’Aloy entre en jeu pour les aider, ce qui devra au préalable passer par un travail d’investigation mais surtout par la nécessité de s’intégrer. Vous en conviendrez, ce n’est pas sans rappeler les événements liés à Hadès dans l’aventure originelle.  Néanmoins, si le scénario du DLC apparaît comme étant très basique mais surtout calqué sur le scénario du jeu, il parvient à captiver et à se créer une légitimité en étoffant davantage le background d’Horizon Zero Dawn. Des liens se créent, des échos apparaissent et le tout contribue à donner plus de profondeur encore à cet univers qui n’en manquait déjà pas. Même Sylens, le mystérieux acolyte d’Aloy, voit son histoire se développer, à condition cependant d’écouter tous les dialogues optionnels sous peine de manquer la totalité des informations à son sujet. Un point plutôt dommage d’ailleurs : on aurait grandement apprécié qu’il ait une plus grande importance au sein de cette extension qui se déroule, rappelons-le, au sein de sa tribu. Sans doute aurait-il été préférable de développer davantage la trame narrative qui se révèle être assez courte puisqu’elle n’est composée que de neuf missions principales dont on vient à bout en cinq-six heures grand maximum.

 

DE NOUVELLES MACHINES DESTRUCTRICES…

 

Comme évoqué ci-dessus, The Frozen Wilds nous oppose à un nouvel antagoniste. À la manière d’Hadès, Daemon possède notamment la capacité de corrompre les machines présentes dans La Plaie pour les rendre plus agressives et plus résistantes aux différentes attaques d’Aloy, ce qui passe parfois par des tours corruptrices que le joueur sera chargé de désactiver s’il veut pouvoir en venir à bout. Mais bien entendu, il n’arrive pas seul : il est accompagné de trois nouvelles machines extrêmement véloces et destructrices (la Grilleuse, la Griffe de Gel et la Griffe de Feu) qui donneront au joueur énormément de fil à retordre à la manière des machines les plus puissantes du jeu de base, si ce n’est plus. En plus d’avoir un design diablement classe, elles sont toutes trois dotées d’une force et d’une résistance pharaoniques qui demanderont au joueur de faire preuve de beaucoup de dextérité et de patience pour en venir à bout, en tout cas en mode difficile. Sachant que, pour ne pas nous faciliter la tâche, il est récurrent que ces nouvelles machines soient accompagnées d’autres machines plus faciles à battre mais qui auront tendance à détourner notre attention. Ce DLC permet ainsi de faire perdurer le côté épique qui se dégageait des combats à l’origine tout en apportant au joueur de nouveaux défis. Sachez le, dans The Frozen Wilds comme dans Horizon Zero Dawn, les victoires doivent se mériter et les machines sont toujours aussi supérieures à Aloy, quoi qu’il arrive.

 

…POUR ACCOMPAGNER TOUT UN LOT DE NOUVEAUTÉS

 

Vous vous en doutez, Daemon et ses compagnons ne sont heureusement pas les seules nouveautés apportées par ce DLC. Par exemple, l’arbre de compétence d’Aloy se voit doter d’une nouvelle branche appelée Voyageuse nous permettant de lui octroyer pas moins de huit nouvelles compétences. Cependant, ces dernières se révèleront assez peu utiles dans leur majorité. Si on apprécie le fait de pouvoir enfin ramasser les ressources directement depuis le dos de notre monture, chose qui manquait cruellement par le passé, ou encore de pouvoir faire des attaques sautées à partir de celle-ci pour engager un combat, on ne se servira que très peu (voire pas du tout) de toutes les autres. Qui dit nouvelles machines dit aussi forcément nouvel équipement adapté à la situation. C’est ainsi que trois nouvelles armes font leur apparition : le Rail de Glace, le Souffle de Forge et le Foudroyeur. Malheureusement, elles semblent plus anecdotiques qu’autre chose tant leur utilisation se révèle être peu pratique. Certes, elles causent des dégâts non-négligeables aux nouvelles machines, mais elles auront surtout tendance à vous désavantager car elles nécessitent un temps de charge trop considérable face à des machines disposant d’une grande rapidité qui ne vous laissent aucun temps mort pour respirer. Enfin, dernière nouveauté et pas des moindres : La Plaie. Cette nouvelle zone de jeu, suffisamment vaste mais pas trop non plus, donne lieu à l’apparition d’un certain nombre de quêtes annexes parmi lesquelles, notamment, un nouveau Grand Cou, une nouvelle zone de chasse et un nouveau camp de bandit dont le déroulement est différent par rapport au jeu de base. En plus de cela, de nouveaux collectibles font leur apparition accompagnés de nouvelles tenues et de nouveaux animaux qui permettent de se crafter du matériel inédit. De quoi rattraper aisément la faible durée de vie de la trame principale, le tout d’une manière qui n’apparaît toujours pas artificielle.

 

ENTRE FEU ET GLACE : UNE MISE EN BEAUTÉ REMARQUABLE

 

Alors qu’Horizon Zero Dawn s’est rapidement imposé comme étant l’un des plus beaux open-world sorti à ce jour sur console, The Frozen Wilds repousse les limites et nous prouve que Guerrilla Games n’est pas en reste. À travers une simple nouvelle zone, le studio est parvenu à nous offrir des environnements tout simplement magnifiques comme on en a rarement vus dans un jeu vidéo. Au cours de notre expédition, La Plaie nous fera découvrir des panoramas variés mais tous plus beaux les uns que les autres. Non seulement les décors intérieurs continuent habilement de mêler modernité et primitivité, mais en plus les décors extérieurs n’hésitent pas à jouer avec les éléments : si la glace domine tout au long de l’aventure, elle est régulièrement contrastée par la présence d’eau mais surtout de feu à travers le biais des machines. Ajouté à cela des effets visuels de toute beauté et des rendus météorologiques incroyables (tempêtes de neige et aurores boréales à la clé), il ne fait aucun doute qu’on tient l’une des plus belles direction artistique de cette année 2017. S’il apparaît que certains bugs n’ont pas été corrigés (bugs audio, bugs de texture et surtout problèmes de collision), on apprécie grandement la manière dont les dialogues ont été retravaillés, conformément aux retours des joueurs : non seulement le visage des personnages et leurs expressions faciales connaissent un net progrès, mais en plus ils multiplient les gestes et les déplacements pour un rendu plus réaliste et surtout plus naturel. Enfin, on saluera le travail magistral des compositeurs de la bande-son du jeu, Joris de Man, The Flight et Niels van der Leest qui nous offrent pas moins de vingt-trois nouveaux morceaux de grande qualité !

 

À l’image du jeu de base, The Frozen Wilds apparaît ainsi comme étant une grande aventure qui marque indéniablement l’esprit. Prolongeant et renouvelant du même coup l’expérience de jeu procurée par Horizon Zero Dawn grâce aux nouveautés qu’il propose, il apporte encore plus de profondeur à l’univers de cette nouvelle licence qui semble décemment loin de nous avoir dévoilé tous ses secrets. Malgré son scénario assez basique et, finalement, pas forcément capital, il parvient à captiver du long de ses quelques heures supplémentaires passées en compagnie d’Aloy. Il ne nous reste désormais plus qu’à attendre patiemment l’arrivée d’un hypothétique deuxième opus !

TFW 09

Une réflexion sur “Horizon Zero Dawn : The Frozen Wilds, une épopée délicieusement glaciale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s