Britney : Piece of Me, une résidence vraiment « iconic » ?

Je préfère préciser que cet article est écrit à partir de tout ce que j’ai pu voir du show via internet, n’ayant pu (et voulu) m’y rendre. Peut-être (sûrement même) que le rendu n’est pas le même en direct. Quoi qu’il en soit, j’estime en avoir suffisamment vu pour donner mon avis sur le sujet.

 

Le 31 décembre 2017, près de quatre ans jour pour jour après son lancement, la résidence de Britney Spears au Planet Hollywood de Las Vegas prenait fin. Avec 248 représentations vues par plus de 915 000 personnes au total, la chanteuse a durablement marqué l’histoire de la ville (Caesar Entertainment ayant été jusqu’à définir le 5 novembre comme le Britney Day) et du monde musical, le Piece of Me ayant été élu « meilleur spectacle de Las Vegas » trois années de suite par le Las Vegas Review-Journal.

Si son succès auprès des critiques est indéniable, les choses ne sont pas si simples du côté des fans qui sont parfois très divisés sur la question. Si tout le monde est d’accord sur le fait que cette résidence a permis à Spears de reprendre pied après de nombreuses années de passage à vide, certains en déplorent la trop longue durée qui a entraîné un retrait quasi-permanent de la chanteuse à l’international, au détriment des albums Britney Jean (2013) et Glory (2016) qui n’ont ainsi bénéficié que de très peu voire d’aucune promotion et exploitation. Pour cause, ses rares apparitions américaines ou internationales au cours de ces quatre années étaient exclusivement destinées à promouvoir sa résidence, dont elle reprenait les titres et la mise en scène, à l’exception de la chanson Make Me… qui a été interprétée aux MTV Video Music Awards 2016 et au Jonathan Ross Show en Angleterre la même année.

En tant que fan de longue durée de la chanteuse, il me tenait ainsi à cœur de revenir sur ces quatre années de résidence qui ont connu des hauts comme des bas et qui, à défaut d’avoir rendu à Spears toute sa splendeur d’antan, lui ont permis de remonter la pente malgré un show dans l’ensemble relativement médiocre. Décryptage.

 

Une discographie bien représentée

Dès sa présentation en 2013 et malgré la fraîche sortie de l’album Britney Jean, le Piece of Me a été annoncé comme un spectacle visant à célébrer l’intégralité de la carrière de Spears. Sous-entendu là-dessous, ses singles les plus importants auront la part belle contrairement à ses nouveaux titres. Sur ce point, il est clair qu’il n’y a trop rien à redire puisque la quasi-totalité de ses titres majeurs ont été interprétés et aucun album, best-of compris, ne manque à l’appel. Cela nous a ainsi permis de retrouver certains titres qui n’avaient plus été joués depuis longtemps tels que l’indispensable Oops!…I Did It Again (2004), le très apprécié Stronger (2002), (You Drive Me) Crazy (2004) ou encore la jolie ballade Lucky (2002). Plus encore, nous avons même eu droit à la première interprétation de l’excellent single Break the Ice, extrait de l’album Blackout. Le tout dans des versions remixées de qualité, si on outrepasse le fait qu’elle n’a pas daigné réenregistrer les chansons issues de ses deux premiers albums pour camoufler sa voix de « bébé »…

Fait notable également, la chanteuse n’a pas hésité à intégrer à la setlist les nouveaux singles qu’elle a sortis en parallèle de la résidence, à savoir Work Bitch, Perfume, Pretty Girls, Make Me… et Slumber Party, évitant ainsi de subir le même courroux de la part de ses fans qui lui reprochaient de ne pas avoir intégré la ballade Criminal au Femme Fatale Tour en 2011, single qui n’a toujours pas été interprété à ce jour. On appréciera également la présence des chansons Freakshow, Breathe on Me, Touch of My Hand et Do You Wanna Come Over?, qui ne sont pas des singles mais qui restent extrêmement appréciés par les fans.

En revanche, on peut aisément regretter l’absence des chansons Hold It Against Me et Overprotected qui, à défaut d’être ajoutées pour permettre au show de durer environ dix minutes de plus, auraient largement pu remplacer les titres I Love Rock ‘n’ Roll et Do Somethin’, qui sont loin d’être aussi majeurs et intéressants. Idem pour le break dance réalisé sur un medley de trois titres de Missy Elliott qui n’a pas vraiment sa place dans le spectacle et qui prend celle d’une éventuelle autre chanson issue de sa propre discographie.

 

Un show (trop) millimétré

Ce n’est pas une nouveauté, Spears a toujours été une adepte des spectacles millimétrés ne laissant quasiment aucune place à l’improvisation. Là où de nombreux artistes se permettent de modifier leur show pour y intégrer un discours plus ou moins long (que ce soit pour réagir à un événement ou par simple envie d’échanger avec leurs fans) ou pour interpréter une autre chanson de manière inopinée, la chanteuse continue de calculer son temps de scène à la seconde près. Par exemple, si discours il doit y avoir, il interviendra uniquement durant le petit laps de temps précédant le lancement des chansons Perfume ou Freakshow. Dans les cas où ils sont intempestifs, cela donne lieu à des discours express, dans les autres cas, il s’agira simplement de discours appris par cœur et récités d’un show à l’autre avant qu’ils ne soient modifiés ultérieurement. Cela a parfois donné lieu à des situations bien cocasses, comme la fois où un défaut de micro l’a empêchée de parler mais où la chanson a quand même été lancée sans que personne n’intervienne. Spoiler Alert, la voix de la chanteuse a miraculeusement retentie dans la salle et elle même s’en est amusée. Ah, les avantages du playback…

Puisqu’on en parle, personne ne sera surpris par le fait que ces quatre années de résidence ont été marquées par quatre années de playback intégral. Pour clore cet éternel débat sans fin rapidement : oui, c’est un problème. Qu’elle l’utilise sur les chansons où elle bouge le plus on peut le lui pardonner, qu’elle se permette de le faire sur des ballades comme Everytime, Perfume ou Lucky c’est inadmissible et ridicule. Bref, le problème de la question réside avant tout sur le fait que cela l’empêche justement d’interpréter de nouvelles chansons de manière inopinée puisque cela nécessite généralement de le faire a capella (à moins de préparer les musiciens), une notion à laquelle la chanteuse semble être allergique depuis des années. Elle a bien ajouté Alien sur certaines dates (au détriment d’une autre chanson qui sautait pour ne pas rallonger le temps de scène) mais l’intérêt n’était du coup pas vraiment là. Alors certes, elle nous a fait la surprise (et pour le coup ce n’était pas millimétré) d’interpréter la chanson Something to Talk About de Bonnie Raitt en live (ironiquement, c’était en réponse à ses détracteurs pour le playback), mais tout comme You Oughta Know d’Alanis Morissette au Circus Tour en 2009, ce n’est pas une de ses chansons. En tant que fans, ce sont ses chansons à elle qu’on veut entendre en live, et ce n’est pas glorieux de voir que la dernière fois qu’on y a réellement eu droit c’est en 2004 avec Everytime et Shadow à l’Onyx Hotel Tour, soit il y a quatorze ans.

 

Une mise en scène inégale et indigne de Las Vegas

Spears n’a jamais vraiment été réputée pour la mise en scène de ses tournées. Néanmoins, en plus de sa musique, c’est grâce à la qualité de ses chorégraphies qu’elle a réussi à obtenir son mérité titre de « princesse de la pop ». En effet, ses talents de danseuse contrebalançaient largement la simplicité de ses mises en scène (à l’exception de quelques numéros) en rendant ses shows extraordinaires. Un point qui a connu des hauts mais surtout des bas depuis son grand retour musical en 2009. Malgré la faiblesse de ses chorégraphies, le Circus Tour demeure l’une des tournées préférées des fans grâce à la qualité de sa mise en scène qui, pour le coup, rattrapait bien les choses. On ne peut pas en dire autant du Femme Fatale Tour qui a beaucoup divisé dans le sens où, en plus de proposer une mise en scène plus minimaliste, il nous a donné à voir une artiste au plus bas de son énergie et de sa motivation.

Avec le Piece of Me, la chanteuse a indéniablement fait de gros progrès sur ce point. Malgré des débuts extrêmement difficiles, elle a réussi à nous prouver à plusieurs reprises qu’elle avait toujours la niaque en elle et qu’elle était toujours une danseuse hors pair. Work Bitch, Gimme More, Break the Ice, I’m a Slave 4 U, Me Against the Music, Slumber Party ou encore les breaks de Womanizer et Piece of Me sont autant de numéros sur lesquels elle l’a prouvé. Cependant, son énergie est restée bien trop fluctuante au cours de ces 248 shows, si bien qu’y assister pourrait revenir à jouer à la loterie : les chanceux tomberont sur la Britney énergique et concise des années 2000, les autres tomberont sur la Britney désintéressée et peu rigoureuse du Femme Fatale Tour. Difficile de faire un tel constat quand on voit la somme que certains ont déboursé pour aller la voir jusqu’à Las Vegas.

C’est d’autant plus difficile que les autres numéros sont loin d’être brillants d’un point de vue chorégraphie, si bien qu’une rumeur selon laquelle elle aurait monté certaines des chorégraphies elle-même a fini par émerger. En effet, si les précédentes citées sont bel et bien élaborées (quand elles n’ont pas fini par être remplacées par moins bien, à l’image de Break the Ice), un grand nombre se limitent à secouer les bras et les cheveux dans tous les sens en faisant du surplace, à l’image de Circus, Toxic, Stronger, (You Drive Me) Crazy et Till the World Ends, qui font vraiment peine à voir. Et malheureusement, on ne peut pas vraiment compter sur la mise en scène pour rattraper le tout tant elle paraît pauvre et épurée. Que ce soit au niveau des décors, des jeux de lumière ou des backdrops, on sent qu’ils n’ont pas cherché à rendre le tout aussi mémorable qu’il aurait dû l’être. Bien sûr, cette remarque est à nuancer, cela ne veut pas dire que tout est à jeter, mais il est clair qu’on était en droit d’en attendre plus d’un show, sédentaire qui plus est, de Spears à Las Vegas.

cmteexnw8b4gd3c
Une perruque et un maquillage de qualité, n’est-ce pas ?

Si on ajoute à cette pauvre mise en scène les nombreuses fantaisies capillaires et vestimentaires de la chanteuse au fil des années, on en arrive à un show qui n’a plus la moindre cohésion artistique et qui part dans tous les sens. Lors de la première version du show (2013-2015), elle disposait d’une garde-robe de qualité qui parvenait à la mettre en valeur, à l’exception de certaines tenues qui la boudinaient beaucoup trop. Mais plus elle a commencé à perdre du poids, plus elle a multiplié les tenues de type sous-vêtements et bodys échancrés de partout. On ne va pas le nier, c’est joli et cela permet de mettre sa forme retrouvée en valeur, mais ce n’est pas les tenues les plus adaptées pour son show. Encore moins quand elle ose nous mettre des collants qui dépassent de sa culotte ou une énorme ceinture de taille entre le soutien-gorge et la culotte. Quand en plus on ajoute à cela un maquillage trop souvent complètement raté qui lui donne vingt ans de plus ou des cheveux sales qui partent en lambeaux, attachés à la va-vite ou parfois camouflés avec une perruque qui lui donnent l’air d’une drag queen, on a de quoi se poser des questions sur l’équipe qui l’entoure. Côté professionnalisme, le niveau est loin d’être élevé.

 

Alors, le Piece of Me est-il un show vraiment iconic ? Oui et non. Oui dans le sens où Spears a lancé un véritable phénomène dans l’univers de la pop musique et a inspiré de nombreux artistes qui y voient une nouvelle manière d’exercer leur métier. Cela dit, on ne peut pour autant pas parler de précurseuse dans le sens où Céline Dion l’a fait avant elle, même si l’impact n’a pas du tout eu la même ampleur. Non dans le sens où d’un point de vue formel, c’est loin d’être le show qu’on retiendra dans sa carrière, sauf si on souhaite se rappeler à quel moment elle a véritablement retrouvé le goût de la scène. Parce que oui, s’il y a bien une chose qu’on doit retenir de cette résidence c’est qu’elle nous a prouvé que la princesse de la pop était toujours là, quelque part, bien que son apparition sur scène soit toujours assez aléatoire.

Il ne lui reste plus désormais qu’à mettre cette stabilité et cette passion retrouvée à contribution. On veut des albums de qualité, le retour de la promotion, des shows dignes d’une artiste de son rang, une véritable implication dans tous les projets qu’elle entreprend et un véritable développement artistique de sa part. Enfin, tout cela ne sera visiblement pas pour tout de suite puisqu’elle vient d’annoncer que le show ferait l’objet d’une tournée nord-américaine et européenne au cours de l’été 2018. Pour une artiste qui déclarait en 2013 détester faire encore et toujours la même chose, il faut croire que quatre ans de résidence ne lui ont pas suffit. On verra bien ce que l’avenir nous réserve ! (même si les rumeurs penchent pour une nouvelle résidence en 2019…).

giphy

Publicités

8 réflexions sur “Britney : Piece of Me, une résidence vraiment « iconic » ?

  1. Pas trop d’accord mais bon… chacun son avis.
    Déjà, le playback je vois pas pourquoi on en parle encore dans la mesure où elle en a TOUJOURS fait (et c’est loin d’être la seule) même sur les ballades (Shadow n’a été chanté en live qu’une seule fois) Après c’est clair que POM n’est pas mon préféré, je préfères des show comme TCS:BS et le DWAD (intégralement en playback ahah) mais ils étaient magnifiques. Pour moi le problème dans POM c’est effectivement la mise en scène (décors/forme de la scène/thèmes) mais aussi costumes et VOUS EN AVEZ PAS PARLÉ MAIS AU DEBUT ELLE PORTAIT DES PERRUQUES C’ETAIT HORRIBLE! Et surtout les chorégraphies apprises par coeur et qu’on dirait juste qu’elle « récite » sa choré mais je suis sûre que non ce n’est pas elle qui les a inventé. Et elle avait posté sur son instagram une super vidéo de repet de la choré de « Make Me » où elle se mettait au sol et tout…. on a jamais revu cette choré ailleurs, dommage.
    Ah au fait, elle a pas perdu du poids elle a juste commencé a faire grave du sport donc elle s’est musclée^^

    J'aime

    1. Vous avez le droit de ne pas être d’accord, aucun souci là-dessus. Je me permets quand même de répondre :

      Elle n’a pas toujours fait du playback, jusqu’à l’ère In The Zone elle faisait quand même l’effort de chanter certaines chansons, notamment les ballades, en live. Et ce n’est pas parce que c’est une habitude que c’est pardonnable pour autant. C’est une chanteuse, c’est normal qu’on attende d’elle qu’elle chante un minimum non ? Je n’attends pas qu’elle fasse du 100% live, mais les moments où la mise en scène le lui permet, en particulier sur les ballades, ça devrait être automatique. Elle a montré avec Glory et Something to Talk About qu’elle en avait les capacités, pourquoi ne pas nous en faire profiter en direct ? C’est quand même du gâchis.

      Je suis d’accord pour le DWADT et le Circus Tour, ce sont mes préférés également. Le premier pour ses chorégraphies, le second pour la setlist et la mise en scène. Un show en playback n’est pas forcément mauvais pour autant, loin de là. Et j’ai bien parlé des perruques. Comment ne pas le faire, je crois qu’on a tous été traumatisés par cette phase du show ! 😂
      Je suis également d’accord pour les chorégraphies qui paraissent parfois plus mécaniques que naturelles, c’est comme si elle avait peur de se foirer quelque part, du coup elle réfléchit trop. C’est dommage mais y a quand même eu de gros progrès. D’ailleurs je ne me fis plus aux vidéos qu’elle poste. Mannequin au Circus Tour, Toxic dans I Am Britney Jean, Make Me… sur Instagram, autant de chorégraphies dont on a finalement jamais vu la couleur…

      Regardez bien les premières dates du show, elle était plus rondouillette qu’aujourd’hui. C’est d’ailleurs en ce sens que j’ai dit que certaines tenues la boudinaient trop, elle portait des vêtements trop serrés pour elle. Mais sur ce point on n’a plus rien à dire, elle est revenue au top de sa forme et ça se voit que ça lui fait du bien au moral !

      Merci pour le commentaire en tout cas, ravi d’avoir pu en discuter avec vous ! 😁

      J'aime

    1. Tu prouves avec ton commentaire qu’elle a bel et bien de gros problèmes de communication au moins 😂 Tu n’étais pas au courant de la sortie de Glory non plus ? (si non et si t’aimes sa musique, je te le conseille l’album est excellent !)
      Merci beaucoup ! 😀

      J'aime

  2. Très bon analyse et rétrospective sur la résidence de Britney Spears. Je suis pas mal d’accord sur tout ce qui est écris, mais il y a quelques avis dont je suis absolument pas d’accord.
    Dire que les shows de Britney n’ont jamais brillés par leurs mise en scène, çà c’est faux, elle a toujours eu des shows d’un niveau visuel et décors parmi les plus beaux et réussis de toute l’industrie de la pop music. Le show POM n’est pas en reste même si certains titres bénéficie de moins de réussite que d’autres. Les visuels de Everytime , Boys, Circus, Toxic, Stronger, sont vraiment magnifiques. Donc non, loin de là tout n’est pas à jeter comme vous dîtes.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi Sandy ! 🙂

      Sur ce point ça reste assez subjectif, et j’imagine que ça dépend de la sensibilité de chacun. Mais j’ai du mal à être d’accord avec le fait que ses shows sont parmi les plus « beaux et réussis de toute l’industrie de la pop music ». Quand tu regardes ce qui se fait chez les autres, par exemple Madonna, Lady Gaga ou encore Katy Perry, tu te rends compte que du côté de chez Britney c’est très souvent assez vide : peu d’accessoires, pas de jeux de lumières hyper travaillés, des backdrops/interludes souvent très (trop) simples, etc. Ce qui ne veut pas dire que c’est toujours le cas, les exemples que tu as cités sont bons, mais il y a largement de quoi faire mieux à mon sens. D’autant plus qu’à défaut d’être constamment au top niveau chorégraphie comme à l’époque, ça permettrait de compenser et de centrer notre attention sur autre chose (la preuve, ça a bien fonctionné avec le Circus Tour qui est à mes yeux son seul show à avoir eu une véritable direction artistique maîtrisée de A à Z).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s