Après avoir été prolongée par une première extension sortie en octobre 2020, l’histoire du Doom Slayer continue le temps de quelques heures dans un nouveau DLC, The Ancient Gods : Épisode 2, qui vient cette fois-ci mettre un terme à l’aventure DOOM Eternal. L’occasion pour nous de replonger, pour la dernière fois avant un bon moment peut-être, dans l’un des fast-FPS les plus époustouflants de ces dernières années.

Test réalisé sur PS5 grâce à un code fourni par l’éditeur

ATTENTION : Il est recommandé d’avoir terminé la campagne et sa première extension avant de lire le premier paragraphe de ce test.


Combat final

Tout porte à croire que la guerre contre les forces du mal ne finira jamais. Et pourtant, le Doom Slayer repart de nouveau fracasser du démon pour tenter d’y mettre un terme, pour de bon cette fois. La grande Khan Maykr étant tombée au combat durant la campagne principale, la première partie de The Ancient Gods nous envoyait sur les traces de l’essence du Père, aka le créateur de toute chose, qui demeure le seul moyen d’éradiquer toute présence démoniaque hors de l’Enfer. Mais pour se faire, le chasseur de démons va devoir relever un ultime défi : vaincre le Seigneur des Ténèbres, qui n’est autre que son alter-égo infernal. Voilà ce qui sera le propos de The Ancient Gods : Épisode 2, qui prend plus que jamais l’allure d’une course contre la montre. Et comme on commence à en avoir l’habitude, cela sera évidemment très loin d’être de tout repos.

Un équilibre retrouvé

Du long de ses quatre niveaux s’étendant sur quatre à cinq heures de jeu environ, cette nouvelle extension s’impose comme une parfaite synthèse de tout ce qui faisait le sel de DOOM Eternal. Une mise en scène grandiloquente, des affrontements violents, ultra-dynamiques et sans pitié, un rythme effréné, quelques phases de plateforme ainsi que des environnements variés et plaisants sont ainsi au programme de la phase finale de la guerre opposant les humains et les démons, plus savoureuse que jamais. De quoi offrir une excellente conclusion à l’histoire du Doom Slayer, toutes les questions laissées en suspend jusqu’ici ayant trouvé leurs réponses. Ce qui n’est pas, d’ailleurs, sans nous intriguer quant à la direction que prendra la suite de la franchise. Le seul problème, finalement, c’est qu’il est tout de même assez discutable de voir la véritable fin du jeu être proposée sous forme de contenu additionnel, à côté duquel beaucoup de joueurs risquent probablement de passer…

Parmi les autres points positifs, on peut également noter un retour à la normale en termes de niveau de difficulté, ce dernier revenant à quelque chose de similaire à celui proposé par la campagne principale. Si le défi reste largement présent quand même, en particulier durant les confrontations amplifiées qui rehaussent d’un cran encore le challenge par rapport aux confrontations traditionnelles, on est désormais bien loin de la difficulté ahurissante de certains passages de The Ancients Gods : Épisode 1. De cette manière, la frustration que pouvait engendrer la précédente extension disparaît totalement pour ne laisser place qu’à du pur plaisir, un plaisir par ailleurs augmenté par la présence d’un plus grand nombre de nouveautés, que ce soit au niveau de l’équipement du Slayer ou du bestiaire auquel on est confronté.

On peut par exemple citer les zombies hurleurs, capables d’offrir un boost temporaire à tous les autres démons à leur mort ; les barons blindés, dont il faut détruire l’armure avant de pouvoir les attaquer ; ou encore les rôdeurs maudits, qui peuvent nous infliger une malédiction mortelle. Une nouvelle arme, le Marteau sentinelle, fait également son arrivée et permet d’étourdir les ennemis sur une plus longue durée, ce qui ne sera pas du luxe lors de certaines séquences. Pour le reste, la formule reste inchangée par rapport à la campagne principale. Cela nous fait peut-être même quelque peu regretter le manque d’innovations dans le level design, un exercice auquel s’était pourtant risqué, parfois avec difficulté, l’épisode précédent. Néanmoins, cela permet de se remettre très facilement dans le bain, toujours accompagné par une bande-son extrêmement nerveuse signée Andrew Hulshult et David Levy.

Verdict

C’était il y a près d’un an, jour pour jour. Avec DOOM Eternal, id Software secouait le monde du FPS grâce à un titre qui a déjà réussi à se faire une place au panthéon des productions du genre. Aujourd’hui, le studio offre désormais une conclusion digne de ce nom à ce nouvel opus avec The Ancient Gods : Épisode 2. Impressionnante dans sa mise en scène, nerveuse et dynamique à souhait dans sa prise en main, cette seconde extension vient mettre un point final aussi jouissif que percutant à l’histoire du Doom Slayer… mais pour combien de temps ? C’est la grande question, pour laquelle on a déjà hâte de découvrir la réponse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s