Disponible depuis décembre 2020, Immortals Fenyx Rising a déjà pu bénéficier de quelques heures de jeu supplémentaires avec deux extensions, Un Nouveau Dieu et Mythes de l’Empire Céleste, sorties au cours des trois derniers mois. Le 22 avril dernier, le titre développé par Ubisoft Québec accueillait alors Les Dieux Perdus, son troisième et dernier DLC venant mettre un terme aux aventures de Fenyx, et ce d’une manière pour le moins originale.

Test réalisé sur PS5 (version PS4) grâce à un code fourni par l’éditeur

ATTENTION : Ce test contient quelques spoilers sur la fin de la campagne principale.


Quand l’élève devient le maître

On peut le dire, Immortals Fenyx Rising aura été une longue et incroyable épopée. Passée de simple mortelle à fille de Zeus dans la campagne principale, puis à déesse de l’unité dans Un Nouveau Dieu, Fenyx profite désormais de sa nouvelle vie auprès de ses frères et sœurs au sein de l’Olympe. Mais malheureusement pour elle, le repos ne sera que de courte durée. Alors qu’un nouveau désastre s’abat sur le monde des mortels, Fenyx est chargée de trouver un nouveau champion qui saura rétablir l’équilibre sur Terre en réunissant les dieux perdus. Une mission qui sera confiée à Ash, une mortelle devenant ainsi le nouveau personnage jouable de cette aventure. Car si Les Dieux Perdus marque effectivement le retour de Fenyx, absente de Mythes de l’Empire Céleste, ce n’est désormais plus elle que nous incarnons.

Aux commandes de cette nouvelle héroïne, qui sera épaulée tout au long de l’aventure par Fenyx et Athéna, nous nous rendons donc au cœur de l’île de Pyrite, où se sont réfugiés tous les dieux ayant fuit le Panthéon… mais surtout Zeus. Son objectif sera alors de trouver et convaincre les cinq dieux présents sur place de retourner sur l’Olympe pour le bien des mortels. Et pour cette dernière extension, Ubisoft Québec n’a clairement pas fait les choses à moitié : en plus de proposer un casting presque intégralement inédit, Les Dieux Perdus se paye le luxe d’embarquer un nouveau type de narration similaire à des titres comme Hadès. Une prise de risque qui surprend mais qui n’est finalement pas pour nous déplaire, même si l’on pourra à nouveau regretter de ne pas retrouver ce qui faisait le sel de l’écriture du jeu original.

Changement de perspective

Pour accompagner ce changement d’approche narrative, le studio est même allé encore plus loin en changeant drastiquement la prise en main de son titre. Ainsi, l’aventure se vit désormais d’un point de vue isométrique, avec une caméra fixe située en hauteur et offrant une vision en plongée de l’action. Un choix qui, il est bon de le souligner, est malicieusement justifié par le scénario. Alors certes, il est évident que cette nouvelle approche est assez déroutante les premières minutes et qu’elle finira probablement par en perdre certains en cours de route. Néanmoins, force est de constater que le gameplay du jeu se prête plutôt bien à ce format car dans l’ensemble, le concept et ses mécaniques restent inchangées par rapport à ce que proposait la campagne principale.

L’action se vit désormais depuis une caméra fixe placée en hauteur

Mais contrairement aux deux précédents DLC, Les Dieux Perdus propose tout de même de véritables nouveautés de gameplay. Par exemple, le Hall des Dieux a été remplacé par des autels disponibles un peu partout et qui permettent non seulement de dévoiler la map, mais aussi et surtout de faire des offrandes pour obtenir des boosts temporaires (santé, attaque, défense, etc.) ou encore d’améliorer les compétences du personnage. À cet effet, on note l’apparition d’une nouvelle mécanique de jeu, le système d’essences, qui permet de renforcer les différentes compétences d’Ash à partir de bonus répartis selon cinq éléments : feu, terre, air, eau et chaos, chacun ayant alors ses spécificités. De quoi apporter une petite touche de technique et de stratégie au jeu, ce qui n’est clairement pas à négliger dans le cas présent.

Une difficulté mal maîtrisée

Car en effet, cette dernière extension nous impose à nouveau de repartir de zéro… si ce n’est de plus loin encore. Au début de l’aventure, Ash ne possède pas la moindre compétence, même parmi les plus élémentaires telles que l’escalade, le double saut ou la nage, en plus de ne disposer que de très faibles quantités de vie et d’énergie. Autant dire que cela rend les premiers pas dans l’aventure particulièrement difficiles, ce qui est malheureusement loin de s’arranger ensuite. C’est même le principal défaut des Dieux Perdus : sa difficulté non seulement très élevée, mais surtout extrêmement mal équilibrée. Préparez-vous à subir des hordes et des hordes d’ennemis littéralement tous les 50m mais aussi à mourir régulièrement, et ce au risque de perdre votre progression. Car précisons-le, les sauvegardes automatiques ne se font désormais plus qu’à certains moments clés.

Les combats sont omniprésents tout au long de cette extension, avec quelques nouveaux ennemis à la clé

Si l’idée n’était pas forcément mauvaise en soi, le fait qu’elle soit si mal exécutée tend malheureusement à rendre l’aventure relativement frustrante à de nombreuses reprises. C’est d’autant plus regrettable que les affrontements prennent largement le pas sur tout le reste, en particulier sur le côté énigme et plateforme qui faisait pourtant la réussite d’Immortals Fenyx Rising, et qui fonctionne toujours autant dans les rares moments où il est présent. C’est par exemple le cas, dans l’ensemble, des quêtes principales qui sont liées aux nouveaux dieux et qui ont le mérite de proposer des phases plus calmes et réfléchies nous laissant davantage de temps pour respirer. Dommage en revanche que les quêtes secondaires ne soient pas un peu plus poussées, surtout quand on sait qu’elles jouent un rôle fondamental en nous donnant accès à de nouvelles compétences.

Nouvelle île, même voyage

Pour le reste, après un court passage du côté de la mythologie chinoise dans Mythes de l’Empire Céleste, on revient cette fois-ci au cœur de la mythologie grecque. La direction artistique de l’île de Pyrite se veut donc très largement inspirée de celle de l’Île d’Or, dont elle reprend les assets pour nous proposer de nouveaux décors qui font toujours leur petit effet selon les lieux. Cela vaut plus particulièrement pour la mise en scène des différents temples consacrés aux dieux, qui apportent quant à eux un certain vent de fraîcheur par rapport au jeu de base. À noter que la taille de la map se veut par ailleurs plus conséquente que dans les deux derniers DLC, avec une approche de l’environnement qui change drastiquement étant donné le changement de caméra opéré.

Verdict

C’est donc avec une dernière extension tout à fait originale que notre voyage aux côtés de Fenyx et au sein de l’univers d’Immortals Fenyx Rising s’achève. Dans l’ensemble, Les Dieux Perdus reste une bonne surprise qui parvient à charmer en arrivant avec une véritable proposition, qui permet d’approcher la licence sous un regard totalement différent. Cependant, on regrettera tout de même que l’expérience soit ternie par une difficulté mal équilibrée et une surabondance de combats pouvant susciter quelques moments de frustration. Quoi qu’il en soit, l’heure est maintenant venue de laisser les dieux se reposer… jusqu’à une prochaine aventure, peut-être ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s