Supernatural (saison 12) : une saison intéressante plombée par son rythme

Bonjour à toutes et à tous !

Beaucoup d’articles ont été consacrés à des séries sur mon blog ces dernières semaines. Celui d’aujourd’hui le sera aussi puisque je vais vous parler de la saison 12 de Supernatural. Pour la petite histoire, j’ai commencé à la suivre il y a un peu plus de deux ans après que ma meilleure amie (dédicace à toi mon fwewe), fan inconditionnelle de cette série, m’ait harcelé durant huit longues années (si ce n’est plus) pour que je m’y mette. Résultat : j’ai beaucoup aimé, j’ai binge-watché les dix saisons que j’avais en retard puis j’ai commencé à suivre les nouvelles saisons annuellement. Brève présentation pour ceux qui ne connaîtraient pas : créée par Eric Kripke en 2005 pour The WB puis The CW, Supernatural est une série fantastique dans laquelle on suit l’histoire de deux frères, Dean et Sam Winchester, qui parcourent les États-Unis afin de chasser toutes sortes de démons et créatures surnaturelles.

 

RETOUR SUR LES SAISONS 1 À 11

9394

Si on ne devait attribuer à ce show qu’un seul atout il reposerait sur un simple mot : richesse. En effet, Supernatural se démarque de toutes les autres séries d’une telle longévité grâce à la richesse de son contenu qui fait en sorte que malgré son grand nombre de saisons, elle ne tourne jamais (du moins très rarement) en rond. Même si, comme toutes les séries, elle connaît des hauts et des bas et n’est pas toujours parfaite (on peut par exemple citer les saisons six et sept parmi les moins intéressantes), elle parvient année après année à maintenir un certain niveau, à évoluer, à se réinventer et à nous proposer de nouvelles choses. Explorant de très nombreuses thématiques sous toutes les coutures, qu’il s’agisse de la relation fraternelle de notre duo, des relations familiales et amicales, de mythologie et bien d’autres encore, elle nous propose des intrigues fascinantes mêlant à la fois horreur, comédie et drame avec un souci du détail tout simplement incroyable. On s’attache aux personnages, aux gentils comme aux méchants, on apprend des choses, on découvre des choses et on ne s’en lasse pas, même au bout de treize années d’activité (la treizième saison étant actuellement en cours de diffusion aux États-Unis). Mais trêve de bavardage, passons maintenant à cette fameuse douzième saison dont il est véritablement question aujourd’hui.

 

DES INTRIGUES AU RYTHME BEAUCOUP TROP LENT

 

Après une onzième saison haute en couleurs et en rebondissements, les derniers épisodes s’attelaient à la mise en place des différents arcs narratifs qui constituent le cœur de cette nouvelle saison. Arcs narratifs au pluriel car il n’y en a pas moins de trois qui sont explorés : le retour de Mary Winchester, la mère des garçons morte avant le début de la série, la libération de Lucifer et l’arrivée des Hommes de Lettres britanniques aux États-Unis. Cependant, malgré le fait qu’il y avait largement de quoi faire en termes d’intrigues, on a malheureusement la mauvaise surprise de découvrir une saison relativement creuse dont le rythme avance plus doucement que sûrement sous couvert de trop nombreux épisodes stand-alones. À travers les mêmes ficelles que celles  dejà beaucoup trop utilisées au cours des deux premières saisons, chacun des arcs narratifs piétine et peine à se développer malgré le fort potentiel proposé par chacun. C’est d’autant plus flagrant que chacun d’eux est traité séparément durant la quasi-totalité de la saison avant de se retrouver enfin mêlés au cours des derniers épisodes qui sont de loin les plus captivants et les plus intéressants dans le sens où les choses se débloquent et où les rebondissements s’enchaînent. À cause de cela, de trop nombreux personnages sont loin de bénéficier du traitement qu’ils mériteraient d’avoir tels que Castiel, Crowley, Rowena ou même Mary malgré le fait qu’elle soit l’un des personnages majeurs de la saison, comme si les scénaristes ne savaient pas ou plus trop quoi en faire. Si ramener cette dernière d’entre les morts pouvait paraître facile, il y avait néanmoins de quoi faire puisque cela pouvait par exemple permettre d’explorer plus en profondeur le thème des relations familiales. Et malgré le fait qu’ils aient parfaitement su retransmettre les difficultés du personnage à s’intégrer au monde au début de la saison, ils s’en sont trop rapidement éloignés de sorte qu’elle apparaisse finalement plus secondaire qu’autre chose. En ce qui concerne les Hommes de Lettres, il s’agit probablement de l’intrigue la mieux développée bien que malheureusement, ce ne soit pas la plus intéressante des trois. Enfin, c’est tout l’inverse pour Lucifer : de loin la plus intéressante, elle est bien trop peu mise en avant. Alors qu’elle était déroutante au départ, elle a finit par devenir très intéressante au fur et à mesure de la saison jusqu’à ce qu’elle soit trop régulièrement mise en retrait, ce qui tend à la rendre des plus frustrantes.

 

UN SUIVI DE BACKGROUND ADMIRABLE

 

Rendons tout de même à César ce qui lui appartient : cela ne veut pas dire que cette saison est ennuyeuse, loin de là. Malgré le sentiment de frustration omniprésent, de nombreux épisodes parviennent à tirer leur épingle du jeu, qu’ils soient directement liés aux différents arcs narratifs ou qu’ils soient stand-alones. On évoquait précédemment le fait que la série reposait sur une grande richesse et cette saison ne pouvait pas être un meilleur exemple. Tout au long des vingt-trois épisodes, d’anciennes intrigues refont surface et permettent de réexplorer le bestiaire et la mythologie de la série dans la continuité des saisons précédentes. Parfois à travers de simples références dans les dialogues, cela se fait bien souvent grâce au retour d’anciens personnages (toujours incarnés par les mêmes acteurs) ou d’anciennes créatures que l’on avait pas vus depuis bien longtemps mais qu’on se plaît à redécouvrir et à voir évoluer alors qu’on les avait tout simplement oubliés. Non seulement un tel suivi est rare dans les séries mais en plus il est d’autant plus appréciable qu’il est fait correctement : ne vous attendez pas à trouver la moindre incohérence car le souci du détail est présent et les scénaristes maîtrisent leur sujet de A à Z. Sans oublier qu’on retrouve les mêmes ingrédients pour une recette toujours aussi réussie : de l’humour, du drame, de l’action, de la nostalgie, en somme tout ce dont on a besoin pour apprécier comme il se doit nos sessions télévisées. Même si parfois la recette ne marche pas toujours (on l’a dit, la série n’est pas parfaite) et peut donner des résultats assez mitigés, comme avec le cinquième épisode consacré à Hitler où on ne sait pas vraiment si on doit rire ou pleurer, ce qui en fait l’un des plus perturbants de la série.

 

Douze ans après son lancement, Supernatural continue donc de faire son effet malgré les quelques lacunes de cette saison à faire avancer les choses. Alors qu’ils disposaient de toutes les cartes pour nous offrir une saison explosive remplie de rebondissements, les scénaristes ont préféré adopter un rythme bien trop lent tendant à en faire une saison creuse où les intrigues n’évoluent pas aussi vite qu’elles le pourraient. Cependant, ils sont parvenus à redresser la barre lors des derniers épisodes pour nous donner envie de continuer l’aventure une année de plus. Rendez-vous l’année prochaine pour un compte rendu sur la treizième saison !

4 réflexions sur “Supernatural (saison 12) : une saison intéressante plombée par son rythme

  1. Yeah mon fwewe j’en étais sûre que tu allais parler de supernatural mdr xD
    Alors déjà premier FAUX : la saison 6 est GENIALE, parle pour toi mec, Sam a perdu son ame et il est enfin autre chose que le geek aux yeux de chien battu ! Après la 7 je t’avoue personnellement je ne l’ai pas trop kiffé.
    Ensuite je suis d’accord sur le fait que la saison 12 soit un peu plus « creuse » comme tu dis que les autres, mais je trouve que tu es quand même un peu dur. Perso j’avoue que le retour de Mary au début j’ai trouvé ça génial en me demandant ce qu’ils vont en faire mais au final je suis un peu soulagée quand elle part un peu seule dans la saison car en fait je me suis rendue compte qu’elle me soulait vite xD ensuite pour les hommes de Lettres j’ai bien kiffé même si j’ai horreur de Ketch, ils en ont fait des Serpentards en puissance XD et pour Lucifer, ils ont abordé les choses qui le méritaient, il allait être père et est focalisé sur ça, c’est d’ailleurs là le thème principal de cette saison et évidemment de la suivante. Après je suis d’accord qu’ils ont pas assuré avec Castiel même si ça reste un peu fidèle à son rôle depuis le début, Crowley (enfin je parle de la fin bien sûr…) et Rowena. Après tu sais très bien que dans Supernatural, quand tu penses être certain d’un truc, ils te la foutent à l’envers XD et ensuite tu as totalement raison dans la dernière partie, comme quoi cette série est parfaite haha et surtout qu’ils maitrisent leur sujet, en même temps c’est une des rares séries où l’équipe est omniprésente sur tous les sujets, où les acteurs tués ou pas d’ailleurs deviennent des producteurs executifs, où chacun a son mot à dire ! Et de plus, c’est aussi une des rares séries à constamment prendre en compte ce que pensent les fans, et en jouent (comme avec les clins d’oeils à la relation semi homosexuelle entre Dean et Castiel, les cheveux de Sam, les monstres qui nous manquent, les méchants qu’on kiffe et qu’on veut revoir, etc.)
    Et enfin, l’épisode sur Hitler est juste trop MARRANT, t’as juste pas assez d’humour !
    Sinon pour tout le reste c’est bien je suis contente de toi ! 😀 (et pour ceux qui pourraient lire mon commentaire bien trop long, je suis vraiment une grosse fan, du genre une des plus grandes fan dans tout l’univers, et je suis amoureuse de tous ceux qui font vivre cette merveilleuse série ❤ surtout Jensen donc pas touche)
    Voilà voilà meyeur koupain, amuse toi bien à lire tout ça 😀

    J'aime

    1. Bien sûr que je parle pour moi pour la saison 6, mais comme tu le sais moi je ne l’ai pas aimée et je n’ai pas trouvé que l’intrigue de Sam sans âme était convaincante. Je crois qu’on ne sera jamais d’accord là-dessus haha !
      Pour Ketch moi c’est le contraire, j’ai bien aimé son personnage qui apporte un peu de fraîcheur et d’humour avec son côté psychopathe. Et pour Lucifer ils se sont focalisés sur rien du tout en fait. À part au début de la saison. Une fois qu’il a mise la meuf enceinte ça n’avance plus du tout et j’ai trouvé ça long et pas forcément intéressant. Elle passe son temps à apparaître, à s’échapper, à revenir, à s’échapper, à changer de camp, à la longue c’est long.
      Et t’as mal lu, je dis justement que la série n’est pas parfaite, comme d’hab tu lis que ce qui t’intéresse hein haha ! L’épisode sur Hitler en est l’exemple, autant ils font des épisodes marrants et originaux autant celui-là il a été écrit pendant une grosse soirée de beuverie avec présence de drogue, je ne vois pas d’autre solution !
      Merci pour ton commentaire en tout cas mon fwewe ! ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s